Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Agenda

Du 05 au 10 septembre 2011: 

   9ème Tour Cycliste Féminin International de l'Ardèche (France)

Archives

21 novembre 2005 1 21 /11 /novembre /2005 13:26

Classement général final:

1 Fanny Riberot VC St-Julien 66 points
2 Aude Pollet VC St-Julien  64
3 Corinne Overney 02 Mountain Bike Bulle 64
4 Amandine Salgado Charvieu Chavagneux 52
5 Pauline Avarello Cycl. Seyssins Seyssinet 41
6 Monia Turin VC Echallens 37
7 Noémie Marguet VC Montheysan 30
8 Eugénie Mermillod E.C. Annecy 29
9 Magali Obscur VC St-Julien 22
10 Emmanuelle Gillet VC St-Julien 10
11 Mandy Pladys VC St-Julien 9
12 Jessica Dumont VC St-Julien 8

 

Repost 0
Published by Cyclisme féminin - dans Piste
commenter cet article
19 novembre 2005 6 19 /11 /novembre /2005 11:52

Ludivine HENRION

Ludivine HENRION



Merci de bien vouloir vous présenter


Je m'appelle Ludivine HENRION. J'ai 21 ans (depuis le 23 janvier 2005). J'ai presque fini (en décembre 2005) mes études en éducation physique (prof de sport). Après je vais me consacrer au cyclisme avec éventuellement un petit boulot (à envisager). J'ai roulé pour une équipe hollandaise en 2005 (Therme Skincare). En 2006, si tout va bien je reviens dans mon pays (Belgique) chez Lotto-Belisol, l’équipe avec qui j’ai pu participer au Trophée d’Or 2005. Je fais de la compétition depuis mes 12 ans avec pour le moment un total de 67 victoires à mon actif (+ 3 de 12 à 14 ans avec les garçons).
Parmi ces victoires,
- 5 titres de championne nationale (cadettes route et CLM ’99 et ’00 et juniors route ’02) ;
- 2 étapes du Trophée d’Or (’04 et ’05).
Mais aussi 3 participations au mondial (Lisbonne et Zolder chez les juniors ainsi que Madrid cette année) et 8e et 9e des championnats d’Europe espoirs (’04 et ’05).


Dans quelle région courrez-vous?

En Belgique (petit pays avec peu de cyclistEs !), il n’y a qu’une épreuve par jour. J’y participe donc quand je ne suis pas sur une course internationale à l’étranger.


Combien d'heures par semaine vous entraînez-vous?

En saison, une quinzaine d’heures avec un travail des mes points faibles ou forts, de l’endurance et de la récupération.


Combien de kilomètres par an faites-vous?

L’an passé, j’ai effectué 16000km sur ma bicyclette. L’an avant, 13000. Je pense que l’an prochain je vais approcher les 20.000km


Quelle roue libre utilisez-vous au cours de la saison et pourquoi ce choix? Ou bien adaptez-vous le matériel que vous utilisez en fonction des compétitions auxquelles vous participez?

Je roule la plupart du temps avec une cassette 23-11. J’ai besoin du 11 dans les sprints surtout dans les grandes courses. Tant que le relief n’est pas « exagéré » le 23 suffit mais dans des courses comme la Flèche Wallonne, le 25 est préférable. Je change donc ma cassette en 25-11 ou 12 si la course est difficile.


Quelle denture utilisez-vous généralement (petit et grand plateau)? Quels en sont les avantages et les inconvénients?

J’utilise toute l’année le 39 et 53. Le 39 est bon pour l’entraînement et les courses « difficiles » ou le petit plateau est nécessaire. Le 53 est utile dans les grandes courses en particulier.


Utilisez-vous des roues 650 ou 700? Pourquoi?

J’ai toujours utilisé des 700 car tout le monde utilise celles-là et je ne vois pas pourquoi ne pas faire comme tout le monde…


Comment fonctionnez-vous dans votre préparation? Merci de développer.

Je fais une préparation physique générale jusque décembre avec de la natation, du footing, du VTT et de la route. Ensuite, je prends le vélo sérieusement pour augmenter petit à petit la longueur et l’intensité des entraînements au fil des semaines pour être « apte » fin février pour le début des compétitions.


Avez-vous un entraîneur?

Oui, j’en ai un depuis 4 ans maintenant. Il me dirige dans mes entraînements mais je les ajuste en fonction de mes sentiments, de ma forme et de mon envie. Cette année je pense qu’on va prévoir un entraînement spécial pour améliorer mes points faibles (côtes et chrono).


Faites-vous une coupure durant l'hiver?

Oui, après le Chrono des Herbiers, j’ai fait 3 semaines de « glandage complet » J. Ensuite j’ai repris tout doucement par le footing et la natation. Cette coupure est, pour moi, importante au niveau physique mais surtout au niveau mental. C’est le moment de faire le bilan de la saison, des bons et des mauvais points afin de retrouver la motivation nécessaire afin de ne plus refaire les mêmes erreurs.


Quelle a été votre plus grande satisfaction depuis le début de votre carrière?

Il y en a plusieurs :
- Mon début chez les filles en 1999 où j’ai remporté ma 1e victoire ainsi que mon 1e titre national
- Ma progression chaque année au niveau international avec en point d’orgue mes 2 victoires au Trophée d’or ainsi que ma 3e place sur 170 au Holland Ladies Tour (UCI 1.1) à la 1e étape (2005)


Quelle fut votre plus grande déception?

Mes trois championnats du monde où chaque fois (surtout à Zolder, à 50km de chez moi !) tout le monde attendait beaucoup de moi et où je n’ai jamais su confirmer les espoirs. J’espère que les dirigeants nationaux ne vont pas en tenir compte pour la suite…


Avez-vous des regrets et si oui lesquels?

Non car chaque défaite est une leçon qui sert pour la suite. On ne peut pas être tous les jours à 100% et le cyclisme reste pour moi un loisir. Je ne suis qu’au début de ma carrière, j’espère…


Ludivine et le vélo

Etes-vous issue d'une famille sportive?

Comme dirait un des Dupont (avec T ou D je ne sais plus lequel ;-), je dirais même plus une famille de cyclistes… En effet, mes oncles et mon père ont fait des compétitions cyclistes auparavant. Ensuite, mon père s’est toujours occupé de coureurs cyclistes et c’est ainsi que le virus m’a été transmis ainsi qu’à mes deux frères puisqu’ils font également du vélo (mon grand frère a effectué un stage chez Davitamon Lotto fin 2005 !)


Vous souvenez-vous de votre premier vélo? Quel souvenir en gardez-vous? Le possédez-vous toujours?

Oui bien sûr que je me souviens de ce petit vélo. C’était mon premier vélo de course. Je l’ai eu vers 6 ou 7 ans. J’ai effectué des centaines de kilomètres dessus lorsque j’étais plus jeune puisque chaque dimanche j’allais rouler 60km avec une centaine de cyclos dans la région (à 8 ans). Je ne l’ai plus pour le moment mais je ne le perds pas de vue puisque chaque nouveau « petit » qui veut commencer à rouler je lui prête. Bien sûr, ils en prennent soin et sont tout fiers ;-)


Pourquoi avoir choisi le vélo? Que vous apporte la pratique du cyclisme? Quelles sensations vous apporte-t-il par rapport à d'autres sports?

J’ai joué au foot jusque l’âge des compétitions en Belgique (12 ans). Le cyclisme est un sport individuel où on est obligé de pédaler pour avancer. Avec mon sale caractère, c’est un sport juste taillé pour moi. Ben oui, je peux me défouler sinon « pauvres papa et maman » Vous allez rire mais le moment pendant lequel j’adore le vélo, c’est quand je râle… Je prends mon vélo et je vais rouler sous la pluie toute seule. Ca fait du bien je vous assure !


Dans la mentalité française le cyclisme est un sport plutôt réservé aux hommes, comment en êtes-vous arrivé à faire de la compétition?

Quand on est « fabriqué » pendant un camp d’entraînement, je ne sais pas comment on pourrait échapper à ce virus. Non mais allez sérieusement, comme expliqué auparavant, j’ai été dans ce milieu depuis ma naissance. Résultat : moi aussi je m’y suis mise et j’ai emmené mes 2 frères sur mon porte-bagage.


Quels obstacles avez-vous rencontrés?

Aucun puisque dès le début j’ai été très soutenue par mes parents, ma famille mais aussi par un grand nombre de supporters. A ma première course, plus de 20 personnes avaient fait le déplacement pour m’encourager ! Je ne les ai pas déçus puisque je finis 2e au milieu d’une vingtaine de garçons… La plupart me suivent toujours mais bien sûr le cercle « supporters des Henrion’s » s’est agrandi. Pour 2006, nous prévoyons créer un club de supporters où nous sommes certains que plusieurs centaines vont nous rejoindre…


Avez-vous des idoles dans le cyclisme? Lesquels? Sont-ils/elles des modèles pour vous?

Mon idole était Johan Museeuw avec son caractère qui lui a permis de revenir chaque fois au meilleur niveau après un accident. Il a prouvé également qu’un coureur peut gagner plusieurs types de courses au fil de sa carrière. Même s’il est touché par des affaires de dopage pour le moment, quand je le vois, je reste en admiration ! Ici en Belgique, c’est un mythe…


Par rapport à votre expérience de la compétition, quels conseils pourriez-vous donner? Que faut-il faire, que faut-il éviter?

Etant jeune, je pense que j’ai encore beaucoup à apprendre mais mon expérience internationale est déjà riche. Et c’est en se frottant aux meilleures du monde qu’on progresse. Il ne faut pas avoir peur, quand on a l’occasion d’aller disputer une course internationale, il faut y aller. Ce ne peut être que positif !


Le cyclisme féminin aujourd'hui

Pensez-vous qu'une femme peut vivre de la pratique de son sport à l'heure actuelle?

Très bonne question ! Je me la pose à longueur de journée… Pour le moment, je pense que oui c’est possible de vivre du cyclisme mais uniquement lors de sa carrière. Après, à moins de s’appeler Leontien Van Moorsel, il faut continuer à travailler, raison pour laquelle j’ai fait mes études ! Je trouve même cela honteux ! Je prends toujours cette image injuste : Quand on voit les tenniswomen, une petite averse (ah non, pardon, une goutte…) le match est stoppé. Nous, nous roulons dans la pluie, le vent, le froid et parfois la neige ! Enfin, c’est la loi du sport comme on appelle ça. Pffffffffffffff

Quel regard portez-vous sur le cyclisme féminin? Et en Belgique plus particulièrement?

Le cyclisme féminin est en évolution continue depuis plusieurs années. Je connais très bien un commissaire international qui était président de jury au Holland Ladies Tour. Il avait fait le Tour de Drenthe, il y a 5 ou 6 ans et il a raconté à mon frère, je cite (lisez ceci avec un bon accent liégeois) : « A Drenthe, il y a 5-6 ans, parfois 2 ou 3km en file indienne puis tout se regroupait. Eh au Tour de Holland toute l’étape en file ! 45 de moyenne mon gars. Comme les mecs, les pros. Incroyable, je n’en revenais pas ! ». Les Coupes du Monde et autres courses proposées en même temps que les pros ne peuvent être que favorables au cyclisme féminin. En Belgique, il est aussi en évolution. Les filles arrivent et les organisateurs commencent à comprendre que les courses internationales manquent. En effet, chaque fois qu’une Belge veut disputer une course internationale, elle doit aller à l’étranger. Pas toujours facile !


Selon vous, pourquoi peu de sponsors s'engagent dans votre sport alors que le tennis féminin, l'athlétisme ou d'autres sports féminins sont soutenus par des sponsors?

Le cyclisme masculin est beaucoup médiatisé et vole peut-être un petit peu la vedette aux filles. Le cyclisme féminin n’est peut-être pas assez « sexy » pour le public. Etant donné que les sponsors sont attirés par la popularité du sport et les médias, ce n’est pas facile ! C’est un cercle vicieux…


Quelle est la plus grosse somme d'argent que vous a rapporté une course?

Oula… Le Trophée d’Or 2004 où je suis montée tous les jours sur le podium avec presque tous les jours un Top 10 et une victoire à la dernière étape. Une troisième place au classement des jeunes et quelques primes supplémentaires… Ce qui fait un total de plus de 500 euros en 5 jours.


Quelles seraient selon vous les solutions à mettre en place pour développer le cyclisme féminin?

- Faire encore plus de courses en même temps que les pros hommes avec pourquoi pas trouver une solution pour le Tour de France.
- Attirer les filles et les spectateurs
- Médiatiser plus. Quand on voit que tout est mis en place (au niveau TV) lors des arrivées des Coupes du Monde (celles courues en même temps que les hommes) et que les derniers kilomètres ne sont même pas diffusés, c’est honteux ! C’est vrai que maintenant les personnes qui se trouvent sur la ligne d’arrivée de la Flèche wallonne, par exemple, commencent à râler de ne pas avoir de nouvelles des filles pendant la course et qu’on ne retransmet que la course des hommes pendant que les filles roulent. - Ici, en Belgique, séparer les filles et les garçons dès le début !
- Eviter la comparaison entre le cyclisme féminin et masculin
En tout cas, des gens comme Remy Pigois manquent dans le monde du cyclisme féminin ! Ils se dévouent pour nous. C’est grâce à des gens comme ça qu’on avance ou qu’on pourrait avancer.
Bravo et surtout merci, d’ores et déjà, à eux et à tous les sites qui mettent le cyclisme féminin en valeur…


Merci beaucoup à Ludivine Henrion d'avoir accepté et consacré du temps à répondre à ces questions. Pour en savoir plus sur elle, visitez son excellent blog: http://ludihenrion.skyblog.com

Repost 0
Published by Cyclisme féminin - dans Interviews-Portraits
commenter cet article
14 novembre 2005 1 14 /11 /novembre /2005 00:00

Trois semaines après sa victoire à Kalmthout en Belgique, la néerlandaise Daphny van den Brand a remporté hier la 2ème manche de la Coupe du Monde de cyclo-cross disputée à Pijnacker, devant son public. Comme en Belgique Marianne Vos s'est classée 2ème. La française Maryline Salvetat est montée sur la 3ème marche du podium.


Résultats:


1 Daphny Van Den Brand (Hol) ZZPR.nl 39.07

2 Marianne Vos (Hol)  0.40
3 Maryline Salvetat (Fra) Lapierre International            
4 Birgit Hollmann (All) 1.14
5 Helen Wyman (GBr) 1.21
6 Laurence Leboucher (Fra) Heijdens-Ten Tusscher  1.59
7 Reza Ravenstein (Hol) 2.11
8 Arenda Grimberg (Hol) Therme Skin Care  2.14
9 Daniela Bresciani (Ita)  2.37
10 Nicol Kampeter (All)                                     
11 Anja Nobus (Bel)  2.52
12 Susanne Juranek (All)                                    
13 Nadia Triquet Claude (Fra)  2.54
14 Christel Ferrier-Bruneau (Fra)  3.11
15 Joyce Vanderbeken (Bel)   3.38
16 Nicole De Bie- Leyten (Hol)  3.54
17 Loes Gunnewijk (Hol) Vrienden Van Het Platteland  4.28
18 Loes Sels (Bel) Vlaanderen-Capri Sonne-T Interim  4.36
19 Annabella Stropparo (Ita)  4.39
20 Milena Cavani (Ita)  4.41
21 Katrien Pauwels (Bel) 5.08
22 Britt Jochems (Hol)  5.26
23 Anne Kathrin Nitzsche (All)  5.36
24 Isabella Hoffman (Lux)  5.58
25 Katrien Aerts (Bel)  6.17
26 Stefanie Gronow (All) 7.01
27 Caroline van Peteghem (Bel)                              
28 Mika Ogishima (Jap)                                      

Repost 0
Published by Cyclisme féminin - dans Cyclo-cross
commenter cet article
13 novembre 2005 7 13 /11 /novembre /2005 00:00

Ce n'est pas une nouvelle, le cyclisme féminin souffre d'un manque de reconnaissance dans les médias. Nos voisines belges ne sont pas mieux loties que les françaises. Corine Hierckens et Ludivine Henrion, les deux meilleures coureuses belges à l'heure actuelle, dénoncent ce manque de reconnaissance dans un article paru sur le site DHnet. Elles soulignent par exemple le fait que le nom de la fille qui a gagné la Flèche Wallone cette année n'a même pas été cité à la télévision belge. Elles déplorent par ailleurs le manque de moyens mis en oeuvre par la Fédération alors que cette saison les trois championnes de Belgique sont wallones et que la relève semble assurée en Belgique par quelques espoirs prometteurs.


En réponse, le Président de la Fédération Wallone de Cyclisme, Michel Servais, affirme: "La Fédération compte bien reprendre les rênes du cyclisme féminin. Car il y a un grand potentiel au niveau wallon, qui me fait voir l'avenir en rose". Des propos très optimistes et très prometteurs. Seront-ils suivis de faits concrets?


Lisez l'article complet signé Julien Gillebert en cliquant
ici.

Repost 0
Published by Cyclisme féminin - dans Presse
commenter cet article
13 novembre 2005 7 13 /11 /novembre /2005 00:00

L'athlète canadienne Julie Hutsebaut a épousé Michael Partridge à Gatineau le 8 octobre dernier. C'est avec un bon mois de retard que j'adresse mes félicitations et tous mes voeux de bonheur aux jeunes mariés.

© Photo: Veloptimum

Repost 0
Published by Cyclisme féminin - dans Divers
commenter cet article
10 novembre 2005 4 10 /11 /novembre /2005 00:00

Alexandra LE HENAFF

Alexandra LE HENAFF

 © Photo: M.Rannou



Alexandra LE HENAFF a 27 ans. Animatrice sportive dans son club, le Vélo Sport Quimpérois en contrat emploi-jeunes, elle est titulaire du BESSAC et d'un DEUG de Sport. Alexandra a commencé le vélo à 11 ans en école de cyclisme au CCBigouden. Elle a accepté de répondre à quelques questions sur sa préparation, sa carrière et sa vision du cyclisme féminin actuel. Elle nous livre ses réponses sans langue de bois.


Son palmarès en bref:

17 titres de Championne de Bretagne (route,clm, cyclo-cross, vtt, piste)
Championne de France Junior en 1996 à Apremont
Vainqueur de Cholet Pays de la Loire (Coupe de France) en 2005, 2è en 2002
Vainqueur de plusieurs étapes sur le Tour de la Drôme (2 en 2001),Tour de la Haute-Vienne (1 en 2004),Tour de Navarre (1 en 1998)
Victoire sur l’Essor Mayennais
Victoire aux Forges
2è du Tour du Val d'Ardoux en 2004
2è du Tour de la Haute-Vienne en 2004
2è du classement final de la Coupe de France 2005
3è championnat de France poursuite junior
3è du Championnat de France VTT Marathon 2005
5è du Championnat du Monde Junior en Slovénie
6è du Championnat d’Europe CLM en 2000 en Suède (participations à 4 championnats d’Europe espoir)

 


Alexandra et le vélo:


- Combien d'heures par semaine vous entraînez-vous?

Cela dépend des périodes


- Combien de kilomètres par an faites-vous?

Environ 16000 kms.


- Quelle roue libre utilisez-vous au cours de la saison et pourquoi ce choix? Ou bien adaptez-vous le matériel que vous utilisez en fonction des compétitions auxquelles vous participez?

12X23 et suivant les courses à étapes du 25 à l’arrière pour les cols.


- Quelle denture utilisez-vous généralement (petit et grand plateau)? Quels en sont les avantages et les inconvénients?

52X39. Le 39 car dans les courses en ligne on ne sait jamais ce qu’on peut trouver : raidars par exemple. Avec le 39 on passe partout.


- Utilisez-vous des roues 650 ou 700? Pourquoi?

Roues 700.Cela convient mieux à mon gabarit et au moins dans les courses en ligne les voitures dépannages neutres en contiennent contrairement aux roues de 650 qui se font rares dans ce cas.


- Comment fonctionnez-vous dans votre préparation? Avez-vous un entraîneur?

J’en ai eu mais maintenant je me connaîs très bien. Quelques personnes continuent tout de même à me donner des conseils.


- Faites-vous une coupure durant l'hiver?

Oui une petite juste à la fin de ma saison route mais ensuite je pratique le cyclo-cross pour garder la forme .Auparavant je coupais beaucoup trop longtemps (trois mois)


- Quelle a été votre plus grande satisfaction depuis le début de votre carrière?

Cette victoire cette année à Cholet : c’était plus fort que mon titre national en junior car là toute l’élite français était présente! Mon autre satisfaction est que je progresse encore après 17 années de vélo.


- Quelle fut votre plus grande déception?

Cette année pour ne pas avoir été retenue pour le championnat du monde à Madrid


- Avez-vous des regrets et si oui lesquels?

Oui, cette année au Tour des Flandres, manche de coupe du monde. J’arrivais pour la 3è place dans un groupe de 15 filles et à la flamme rouge on a été mal aiguillée et on s’est retrouvé en contre sens de la ligne d’arrivée :on n’a pas été classé. C’est grave de voir ça en coupe du monde. J’aurais pu marquer mes premiers points UCI ainsi que des points UCI pour mon équipe Pruneaux d’Agen.

 

- Etes-vous issue d'une famille sportive?

 

 Oui et non. Mon père a pratiqué le foot durant 25 ans et ma mère n’a jamais fait de compétition sportive même si elle est très dynamique: marche, vélo rando..


- Vous souvenez-vous de votre premier vélo? Quel souvenir en gardez-vous? Le possédez-vous toujours?

Oui un vélo de course noir et blanc.J’en étais fière même si il était un peu trop grand pour moi,ensuite je l’ai peint aux couleurs de celui de Greg Lemond de qui j’étais fan. Je ne le possède plus.


- Pourquoi avoir choisi le vélo? Que vous apporte la pratique du cyclisme? Quelles sensations vous apporte-t-il par rapport à d'autres sports?

J’ai pratiqué plusieurs sports : natation, tennis, tennis de table en compétition, football,handball. Le cyclisme me permet de me donner à fond et m’apporte un bon bol d’air. Je me sens bien dans ce sport entier avec ses différentes disciplines. Ce sport me permet de m’accomplir physiquement et d’apprendre à connaître mes limites à l’effort. Enfin, le cyclisme m’a permis de voyager, de connaître différentes personnes (dont mon futur mari) et de courir en équipe, ce que j’aime beaucoup.

Par contre je trouve dommage qu’il y ait beaucoup de gens bizarres qui traînent dans ce milieu.


- Dans la mentalité française le cyclisme est un sport plutôt réservé aux hommes, comment en êtes-vous arrivé à faire de la compétition?

Lorsque je faisais des sorties vélo avec mon amicale laïque de mon école primaire , les éducateurs disaient que je me débrouillais bien (faut dire que je voulais tout le temps être devant) et ils m’ont orienté vers un club du coin.


- Quels obstacles avez-vous rencontrés?

Je n’ai pas rencontré d’obstacles : j’étais heureuse, je m’amusais avec mes copains et tous les dimanches matins j’étais toujours prête avant mon père, qui nous encadrait aussi, direction l’école de cyclisme !


- Avez-vous des idôles dans le cyclisme? Lesquels? Sont-ils/elles des modèles pour vous?

Non je n’ai pas d’idole car avec le dopage on ne sait plus quelle personne est saine ou non. Le doute est toujours présent.

Si peut-être, notre champion du monde Tom Boonen : ça c’est « une geule de champion » et quel palmarès déjà !! Il dégage une telle puissance…


- Par rapport à votre expérience de la compétition, quels conseils pourriez-vous donner? Que faut-il faire, que faut-il éviter?

Je pense qu’en compétition il ne faut jamais baisser les bras. Tant que la ligne n’est pas franchie, tout peut encore se passer. De plus d’après ce que j’ai vécu, un débutant ne doit jamais renoncer car il ne peut que persévérer à force de travail. Moi quand j’ai débuté j’étais lâchée tous les dimanches en minimes. Ce n’est qu’à la fin de ma première année cadette que j’ai obtenue ma première victoire !Il faut être patient en vélo si on veut obtenir des résultats.

 

 Le cyclisme féminin aujourd'hui


- Pensez-vous qu'une française peut vivre de la pratique de son sport à l'heure actuelle?

Non elle ne peut pas à moins de courir dans une équipe étrangère et encore…


- Quel regard portez-vous sur le cyclisme féminin? Et en France plus particuliérement?

En France, les médias ne jouent pas le jeu du tout et en plus j’ai l’impression que le monde professionnel masculin veut rester dans sa bulle de peur qu’on leur « pique » des sponsors sûrement ;je trouve cela bien dommage. Notre cyclisme féminin ne bouge pas beaucoup même si différents sponsors comme les « Pruneaux d’Agen » osent s’y investir et nous fait confiance.


- Selon vous, pourquoi peu de sponsors s'engagent dans votre sport alors que le tennis féminin, l'athlétisme ou d'autres sports féminins sont soutenus par des sponsors?

Comme je viens de le dire auparavant : les médias ne s’intéressent pas à notre sport et du coup les sponsors sont absents alors que l’on peut voir du tennis, de l’athlétisme féminin à la TV.


- Quelle est la plus grosse somme d'argent que vous ait rapporté une course?

En Bretagne lors de ma victoire dans une course internationale féminine se déroulant début août tous les ans.

- Quelles seraient selon vous les solutions à mettre en place pour développer le cyclisme féminin?

Diffuser les Coupes du Monde Dames et Championnat de France à la TV et arrêter de parler de Jeannie Longo surtout quand elle est absente même si je la respecte beaucoup pour son palmarès. Il faut se rendre compte que quelques jeunes espoirs féminins progressent et qu’il faudra bien un jour parler du « après Jeannie »



Merci beaucoup à Alexandra LE HENAFF d'avoir accepté de répondre à ces quelques questions.



 

Repost 0
Published by Cyclisme féminin - dans Interviews-Portraits
commenter cet article
10 novembre 2005 4 10 /11 /novembre /2005 00:00

Au cours de cet automne et de cet hiver je vais vous présenter une série de petits portraits de femmes qui font ou ont fait de la compétition. Ces portraits seront réalisés sur la base d'un questionnaire unique où ces jeunes femmes nous en apprennent un peu plus sur elles, sur le matériel qu'elles utilisent, sur leur préparation et sur la vision qu'elles ont de leur sport au féminin.

Le premier portrait sera celui de la bretonne Alexandra LE HENNAFF qui a couru sa saison 2005 sous les couleurs du groupe sportif français Les Pruneaux d'Agen.

Repost 0
Published by Cyclisme féminin - dans Infos à propos du blog
commenter cet article
9 novembre 2005 3 09 /11 /novembre /2005 00:00

Au cours de cet automne et de cet hiver je vous propose une petite série d'interview-portraits afin de faire mieux connaissance avec quelques athlètes féminines.


   Alexandra Le Henaff

 

   Ludivine Henrion

  

   Fanny Riberot

  

   Mélissa Flagothier

  

   Karine Gautard

 

   Aude Pollet

 

    Isabelle Hoffman

  

Angélique Saldana

Repost 0
Published by Cyclisme féminin - dans Interviews-Portraits
commenter cet article
8 novembre 2005 2 08 /11 /novembre /2005 00:00

Cette course se déroulait en Afrique du Sud le 6 novembre dernier sur une distance de 107 km et rassemblait 546 femmes au départ.

Résultats partiels:

1 Anriette  Schoeman 02:45:26
2 Ronel Van Wyk 02:50:48
3 Anke Erlank 02:50:48
4 Chrissie Viljoen 02:50:48
5 Engela Conradie 02:50:49
6 Marissa Van Der Merwe 02:50:49
7 Cashandra Slingerland 02:50:50
8 Yolandè De Villiers 02:50:50

Repost 0
Published by Cyclisme féminin - dans Courses sur route
commenter cet article
6 novembre 2005 7 06 /11 /novembre /2005 00:00

Tandis que la néerlandaise Marianne Vos s'est imposée aujourd'hui à Pontchâteau dans le Championnat d'Europe de cyclo-cross, la française Maryline Salvetat échoit au pied du podium, à la 4ème place.

Résultats:

1 Marianne Vos (Pays-Bas) en 37'48"
2 Daphny van den Brand (Pays-Bas)
3 Hanka Kypfernagel (Allemagne) à 1"
4 Maryline Salvetat (France)
5 Nadia Triquet-Claude (France)
6 Laurence Leboucher (France)
7 Birgit Hollman (Allemagne)
8 Helen Wyman (Grande-Bretagne) à 4"
9 Séverine Hansen (France) à 57"
10 Reza Hormes-Ravenstijn (Pays-Bas) à 1'21"
11 Corinne Sempé (France)
12 Suzanne Thomas (Grande-Bretagne) à 1'23"
13 Arenda Grimberg (Pays-Bas) à 1'32"
14 Veerle Ingels (Belgique) à 1'38"
15 Daniella Bresciani (Italie) à 1'46"
16 Rosa Maria Bravo Soba (Espagne) à 2'10"
17 Lonica Brunati (Italie) à 2'34"
18 Alexandra Bahler (Suisse) à 2'35"
19 Patra Hofs (Pays-Bas) à 2'51"
20 Paola Bortolin (Italie)
21 Milen Cavani (Pays-Bas) à 3'01"
22 Britt Jochems (Pays-Bas) à 3'40"
23 Nicole Kampeter (Allemagne) à 3'56"
24 Francesca Cucciniello (Italie) à 5'27"

Abandon: Anja Nobus (Belgique)

Source: velostory.net

Repost 0
Published by Cyclisme féminin - dans Cyclo-cross
commenter cet article