Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Agenda

Du 05 au 10 septembre 2011: 

   9ème Tour Cycliste Féminin International de l'Ardèche (France)

Archives

8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 18:27
Jeannie Longo s'est qualifiée pour la finale des championnats de France de poursuite individuelle où elle sera opposée à Cathy Moncassin-Prime. Si elle remporte cette finale ce sera son 55ème titre national. Elle a décroché les deux derniers en dates lors des championnats de France sur route (épreuve en ligne et contre-la-montre).
Repost 0
Published by Cyclisme féminin - dans Rubrique spéciale Jeannie LONGO
commenter cet article
28 juin 2008 6 28 /06 /juin /2008 13:43
Jeannie Longo a remporté son premier championnat de France sur route il y a près de 30 ans (1979). A cette époque le championnat de France de contre-la-montre n'existait pas encore mais Jeannie Longo dominait aussi sur piste. Dès 1980 elle réalisait son premier doublé route/poursuite. Depuis elle réalisa le doublé à 12 reprises. 

Le championnat de France de contre-la-montre fut créé en 1995. Jeannie Longo sera la 1ère a décrocher ce titre national. En décrochant aussi le titre national sur route cette année-là, elle fut la première à réussir le doublé championnat de France sur route - Championnat de France de contre-la-montre. Depuis elle a réussi le doublé 5 autres fois (1999, 2000, 2001, 2006, 2008). En 1999 elle réalisa même le triplé route-chrono-poursuite.
Repost 0
Published by Cyclisme féminin - dans Rubrique spéciale Jeannie LONGO
commenter cet article
28 juin 2008 6 28 /06 /juin /2008 13:29

Jeannie Longo est devenue championne de France de cyclisme pour la 54e fois de sa carrière en s'adjugeant l'épreuve de la course en ligne, samedi à Semur-en-Auxois, devant Christel Ferrier Bruneau et Edwige Pitel.

Longo, 49 ans, s'est échappée dans le 5e des six tours de circuit (110 km) pour s'imposer en solitaire, avec 3 min et 06 sec d'avance sur Ferrier Bruneau, qui a battu Pitel et Elodie Touffet au sprint pour la deuxième place.

Longo, qui avait déjà remporté le contre-la-montre des Championnats de France jeudi, réussit le doublé pour la sixième fois.

Avec deux véritables démonstrations, jeudi dans le chrono et samedi dans la course en ligne, la Grenobloise est désormais assurée de représenter la France aux jeux Olympiques de Pékin.

Le nom des trois sélectionnées ne sera toutefois officialisé qu'après les Championnats de France.

© 2008 AFP/ffc.fr

Repost 0
Published by Cyclisme féminin - dans Rubrique spéciale Jeannie LONGO
commenter cet article
26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 18:07
Jeannie Longo, 49 ans, a endossé pour la 53e fois un maillot de championne de France de cyclisme, jeudi à Semur-en-Auxois, en remportant haut la main le contre-la-montre et en signant un succès qui la propulse vers Pékin et ses septièmes jeux Olympiques.

Sur un parcours de seulement 22 km, Longo a mis plus d'une minute entre elle et sa dauphine, Maryline Salvetat, et près de deux minutes avec la 3e, Edwige Pitel. De quoi justifier sa sélection olympique, en attendant la course en ligne, samedi, où Longo et ses deux rivales sont également attendues.

Son succès ne lui attribue pas automatiquement un billet pour les Jeux mais il semble désormais presque impossible que Longo en soit privée, elle qui a participé à tous les JO depuis que le cyclisme féminin est olympique (1984).

"Il n'y a pas d'émotion particulière sur le fait de gagner un 53e titre de championne de France (son 27e sur route et son 8e dans le chrono, spécialité disputée depuis 1995, ndlr), a indiqué Longo. Par contre, l'émotion c'est plutôt d'avoir décroché la sélection olympique. Nous n'avons pas de garanties mais je crois que j'ai mon ticket. J'ai cru voir l'entraîneur national dans les parages mais, je ne lui ai pas encore parlé...".

Mais si l'émotion est au rendez-vous, c'est aussi que la légende vivante du vélo a bien cru ne pas pouvoir défendre pleinement ses chances et voir tout son travail hivernal ne pas produire ses fruits. Victime d'une "mauvaise chute" il y a trois semaines au Canada, Longo s'est fait mal à la hanche.

"Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas autant investie en hiver et là je croyais bien que tout était fichu ! Mais les sensations sont revenues petit à petit. Cela dit, je ne suis toujours pas à 100%, j'ai encore mal."

"Méthode et sérieux"

La Grenobloise, championne de France pour la première fois en 1979, à l'âge de 20 ans, apprécie le parcours du contre-la-montre olympique, épreuve dont elle avait pris les médailles d'argent en 1996 et de bronze en 2000.

"Le circuit du contre-la-montre est très sélectif, ça me plaît bien. Je pense avoir plus de chances que si ce n'était pas sélectif."

Mais Longo se refuse pour autant à parler de médailles. "Cela va quand même être difficile pour un podium, je serais déjà contente si je finissais dans les cinq premières, même si ça se joue souvent dans un mouchoir de poche."

"Les Jeux, on (avec son entraîneur et mari Patrice Ciprelli, ndlr) va faire ça avec méthode et sérieux. On maîtrise l'évènement. Ce qu'on ne maîtrise pas, c'est la Chine, le long voyage. On me dit qu'il ne faut pas exagérer avec la pollution, que c'est une brume d'humidité, je ne demande qu'à croire..."

Revenue tout en haut en vue de l'échéance olympique, celle qui aurait accumulé plus de 1000 victoires, selon des calculs de son mari, mesure le chemin parcouru pour arriver à Pékin: "Il y a deux ans, les Jeux c'était loin pour moi". Mais pour Longo, tous les chemins mènent aux Jeux.

© 2008 AFP/ffc.fr

Repost 0
Published by Cyclisme féminin - dans Rubrique spéciale Jeannie LONGO
commenter cet article
21 décembre 2006 4 21 /12 /décembre /2006 21:21

Jeannie Longo a signé un contrat d'un an pour la saison 2007 avec l'équipe Uniqa Graz selon le site officiel de l'équipe. C'est la première fois de sa carrière que Jeannie Longo signe un contrat d'un an avec une équipe étrangère. Elle envisagerait de participer essentiellement aux épreuves d'un jour, à des contre-la-montre. et pourquoi pas à la Grande Boucle Féminine. Outre Jeannie Longo, une autre française devrait rejoindre l'équipe.

Repost 0
Published by Cyclisme féminin - dans Rubrique spéciale Jeannie LONGO
commenter cet article
24 juin 2006 6 24 /06 /juin /2006 13:15

 

Chp de France route

Chp de France CLM

Chp de France de poursuite

Chp de France de vitesse

Chp de France de course aux points

Chp de France de VTT

Chp de France de CLM par équipe

1979

1ère

3ème

1980

1ère

1ère

1981

1ère

1ère

3ème

1982

1ère

1ère

1983

1ère

1ère

3ème

1984

1ère

1ère

1985

1ère

1986

1ère

1ère

1ère

1987

1ère

1ère

1ère

1988

1ère

1ère

1ère

1989

1ère

1ère

1ère

1990

1991

2ème

1992

1ère

1ère

1ère

1993

4ème

#1: 3ème
#2: 4ème
#3: 1ère

1ère

1994

5ème

1ère

2ème

1ère (victoire dans 2 des 4 manches)

1ère

1995

1ère

1ère

3ème

3ème

1ère

1996

2ème

2ème

4ème

1997

5ème

1998

1ère

1ère

1999

1ère

1ère

1ère

2000

1ère

1ère

2ème

2001

1ère

1ère

2ème

2002

4ème

1ère

2ème

1ère

2003

2004

1ère

2ème

2ème

2ème

2005

8ème

2ème

1ère

2ème

2006

1ère

1ère

 

En résumé:
19 fois championne de France sur route,
14 fois championne de France de poursuite (piste),
6 fois championne de France de contre-la-montre,
6 fois championne de France de la course aux points (piste).

Repost 0
Published by Cyclisme féminin - dans Rubrique spéciale Jeannie LONGO
commenter cet article
25 avril 2006 2 25 /04 /avril /2006 21:00

Jeannie Longo au Mont-Ventoux

 

 

 

 

Mr Laurent CHARRAS qui m'a aidé à préparer les questions et moi-même remercions infiniment Jeannie LONGO d'avoir accepté de répondre à l'interview que nous vous proposons ci-dessous. Ces questions lui ont été proposés par mail le 18 mars dernier. En raison d'évenements d'ordre familiaux, Jeannie n'a pas été en mesure de nous répondre tout de suite.

 

Jeannie la femme:

- Jeannie LONGO bonjour et tout d’abord merci beaucoup d’accepter de répondre à ces questions de Laurent et moi-même. Tout le monde vous connaît mais je rappellerais simplement que vous avez plus de 900 victoires à votre palmarès et que vous êtes l’athlète française la plus titrée de l’Histoire. Aujourd’hui des stades, des gymnases portent votre nom, ce qui est rare de son vivant. Que cela vous inspire-t-il?
De la fierté un peu, de la joie, de savoir que l'on reconnaît ma carrière, et que les petits demanderont peut-être: "Qui c'était cette dame??..."


- Vous avez commencé votre carrière sportive par le ski. Vous arrive-t-il de skier encore?
Oui, hors vacances et hors week-end. Mon coeur reste accroché au ski.


- Pourquoi avoir finalement choisi le vélo? Pour la suite, imaginez vous une vie sans vélo sur le plan personnel et professionnel?
J'ai choisi le vélo parce que j'aime l'effort. J'ai toujours fait du vélo dans les Alpes: c'est un beau col! C'est toujours beau un col!! J'aime bien la marche aussi dans la montagne. Et aussi parce que mon mari m'a poussée dans la compétition.


- Si vous n’aviez pas été championne cycliste, quel métier auriez-vous aimé exercer? Pourquoi?
Pianiste, boulanger (au four à bois), naturaliste ou garde forestier.


- A l'instar de personnalités comme Thévenet, Virenque, Hinault ou Jalabert, avez vous une ambition de consultant sportif à la télévision, la radio ou dans la presse spécialisée?
Les hommes, on vient les chercher. Les femmes doivent demander; ce que je ne fais pas.


- Vous avez voyagé dans le monde entier, quel est votre continent préféré? Quels sont vos pays préférés? Pourquoi? Vous allez souvent aux Etats-Unis, alors que vous aimez bien vous retirer dans la campagne, en Isère. Qu'est-ce qui vous attire là-bas?
Mon pays préféré: les USA. J'aime Les Rocheuses, les montagnes toujours, les grandes espaces, la faune sauvage. Là-bas j'y trouve une vie agréable et moins de stress, pas de petite politique à la française! On y est moins "étriqué".


- Préférez-vous la mentalité américaine?
Aux Etats-Unis le respect du citoyen y est plus marqué.


- A l'heure d'aujourd'hui, êtes vous intellectuellement en harmonie dans notre société actuelle?
Absolument pas! J'y suis très mal à l'aise en raison du manque d'instinct de notre société, l'argent et les tromperies... Dans notre société il y a trop de normes et de nivellement (par le bas!). Les décisions ne sont plus prises avec le coeur. Je m'entends avec tous ceux qui parlent avec le coeur. Et puis je ne suis plus en harmonie avec cette société à cause aussi du pouvoir de l'informatique.


- Quel pourrait être le titre de votre prochain livre, si prochain il y avait ?
Top secret!!



Longo la championne:



- Le public vous a découvert en 1979 lorsque vous avez décroché votre premier titre national, quel souvenir en gardez-vous?Sentiez-vous à cette époque le potentiel qui était le vôtre?
Rires! Je l'ai vécu comme une farce. Je n'y croyais pas. J'en garde le souvenir d'une bonne journée en famille.

- Avec presque trente ans de carrière, quelles victoires vous ont apporté les émotions les plus intenses? Quelle est celle qui vous laisse le meilleur souvenir?
ATLANTA 96 (1): ce fut un élan d'amitié, une onde de bonheur pour tous, parents et amis. Et le record de l'heure 96.

- Une carrière est faite de joies mais aussi de déceptions. Quels ont été vos déceptions?
On les oublie...(Los Angeles). Ma dernière déception fut ma non-sélection au mondial de contre-la-montre 2005.

- Par rapport à votre carrière, avez-vous des regrets? Si oui, lesquels?
Je regrette d'avoir sacrifié trop de temps à ma carrière et pas assez ailleurs.

- Les grands champions se révèlent souvent dans l'adversité, n'avez vous pas eu, comme Lance Armstrong, de concurrentes à votre hauteur pendant votre domination des années 80 ?
Je n'ai eu que cela! Ce fut toujours difficile - et de plus en plus- de gagner. J'ai connu de véritables coallitions, ce qui aurait "fait mal à Armstrong".

- A cette époque le cyclisme féminin connaissait une certaine popularité. Depuis votre dernière victoire dans le Tour Féminin en 1989, votre sport devient un sport de plus en plus marginalisé. Que faudrait il faire selon vous pour enrayer ce phénomène?
"Dynamiter" le milieu cycliste machiste. Il faudrait imposer des quotas et responsabiliser les femmes.

- On vous reproche parfois votre caractère ou votre personnalité. Si vous n'aviez pas eu cette force de caractère, pensez-vous que vous auriez été la championne que l'on sait? Pourquoi?
A sport dur, caractère dur, ce qui signifie une capacité d'entraînement et de dépassement. Etre capable de surmonter et de supporter les écueils.

- Dans les années 80 vous avez lancé la 1ère équipe féminine française professionnelle, Euromarché. Avez vous gardé des contacts avec vos anciennes équipières d'Euromarché? Savez-vous ce qu’elles sont devenues?
Bien sûr! Cécile Odin est encore une grande amie. Ces filles-là étaient autrement mieux "trempées" et plus fidèles que les suivantes...

- Connaissant votre goût pour les challenges, souhaiteriez vous diriger une équipe féminine professionnelle après votre retrait du haut niveau? Si vous deviez monter une équipe aujourd’hui quelles filles recruteriez-vous?
Non. Je reste "aigrie" par ce milieu. Jamais de soutien, de solidarité, de reconnaissance. Je préfère conseiller les toutes jeunes, gentilles. Ou des cyclos très demandeurs de conseils.



Jeannie Longo et le cyclisme féminin:



- Cette saison, trois équipes françaises sont inscrites à l’UCI. On voit finalement assez peu ces équipes dans les courses internationales à l‘étranger. Selon vous, à quoi cela est-il dû? Comment y remédier?
Ces équipes sont formées avec trop peu de filles de niveau international.

- Comment imaginez vous le cyclisme féminin Français et mondial dans 10 ans? Il n’existe plus d’équivalent au Tour Féminin aujourd’hui, la saison 2006 a débuté avec un nombre déjà impressionnant de courses annulées, selon vous est-ce la chronique d’une fin annoncée ou simplement un passage difficile pour le cyclisme féminin?
?! 10 ans c'est loin... Je le vois peu évolutif de toutes façons. Je pense qu'il y a plus d'avenir en sport de masse comme les cyclo-sportives. Dans 10 ans, il y aura de nouvelles épreuves d'avenir, de masse et mixtes. Toutes ces courses annulées sont plus la chronique d'une fin annoncée qu'un simple passage difficile pour le cyclisme féminin.

- Que vous inspirent les générations montantes comme Nicole Cooke, Trixi Worrack ou encore Suzanne de Goede par rapport à vos débuts dans le cyclisme?
Nicole Cooke a de véritables talents. Mais la façon dont ces filles s'entraînent et leur encadrement me font "peur".

- Avec le recul, votre réaction par rapport à votre non-sélection pour le Championnat du Monde en 2005 était-il un coup de gueule ou avez-vous été blessée par ce qu’il s’est passé?
Comme je vous disais plus haut, ma non-sélection au Mondial de contre-la-montre 2005 fut une grosse déception. Aucun respect pour ma carrière, aucun dialogue, pas de confiance...

- En 2008 les Jeux olympiques auront lieu en Chine, envisagez-vous de disputer les sélections en vue de ces Jeux?
!! Ah - Ah!
Et puis la Chine... Bof! ...

- La Chine est un pays où les Droits de l'Homme sont encore baffoués. Que vous inspire le fait que les prochains JO se tiendront dans ce pays?
Exactement! Je vous renvoie à mes réponses sur ce qui fait que je ne suis pas en harmonie avec la société actuelle: argent - interêts - désinformation et manipulations!

- Le 19 mars dernier vous n’étiez pas au départ de la 1ère manche de la Coupe de France à Cholet. N’allez-vous pas prendre part à ces épreuves cette saison? De façon plus générale, allez-vous courir cette saison? (interview proposée le 18 mars).
J'ai couru deux courses régionales! Sans grande conviction depuis ma non-sélection au contre-la-montre du Mondial.

- Qu'est-ce qui vous pousse à courir encore? La compétition est-elle un besoin vital pour vous?
Je prends du plaisir à courir des contre-la-montre et des petites courses, où je retrouve des amis, histoire de forcer un peu!

- Que souhaiteriez-vous que l'on retienne de vous si un jour vous arrêtez définitivement la compétition?
Ce que vous voulez!! Tout s'oublie...

- Vous avez sacrifié votre vie de femme au cyclisme pour une existence atypique. J'imagine qu'on a dû vous posez la question mille fois mais si c'était à refaire?
J'aurais aimé avoir un p'tiot, mais quand?


Je vous laisse le mot de la fin, en vous remerciant infiniment d’avoir accepté de consacrer du temps à cette interview et en vous souhaitant une bonne continuation.

Merci à tous ceux qui ont aimé ce que j'ai accompli et ce que j'ai été, en particulier à Stéphane (2). Un gentil supporter est celui qui vous aide à gagner, qui partage votre joie et qui vous aime autant quand vous perdez!!

Amitiés.

Jeannie Longo.


 

 


 (1) Jeannie LONGO fut médaillé d'or dans l'épreuve sur route et médaillée d'argent dans l'épreuve contre-la-montre.

(2) le webmaster


© Photo: Christophe DERAM - Photo prise lors du Championnat de France 2005 à Boulogne-sur-Mer.

Repost 0
Published by Cyclisme féminin - dans Rubrique spéciale Jeannie LONGO
commenter cet article
25 avril 2006 2 25 /04 /avril /2006 17:17

15 Août 2001. Arrivée de la 10 ème étape de la Grande Boucle Féminine Internationale. L'étape du jour, disputée en contre-la-montre, offre aux spectateurs un duel superbe entre deux grandes championnes: Joane Somarriba et Jeannie Longo. L'espagnole remporte l'étape pour seulement 4 secondes d'avance sur Jeannie Longo au terme de 45,3 kilomètres sous un soleil de plomb.

 

S'en suivent le podium, les récompenses, les bouquets, les photos, etc. C'était la première fois de ma vie que j'allais voir une course féminine. Jusque-là je m'y intéressais un peu sans jamais avoir eu l'occasion de me rendre sur une course. Cinq années après je dois avouer que ce qui m'avait décidé à faire le déplacement ce jour-là, c'était la perspective de voir en vrai Jeannie Longo. Car à l'exception de Jeannie Longo ou des récentes vainqueurs de la Grande Boucle (Fabiana Luperini, Edita Pucinskaite, Diana Ziliute, etc.) je ne connaissais pas grand chose de ce sport.

 

Et pourtant, je savais déjà depuis longtemps qui était Jeannie Longo. Car mon histoire d'amour avec le cyclisme féminin remontait à au moins 12 années avant lorsque je découvrais, pour la première fois, les exploits de Jeannie Longo à la télévision. A cette époque j'avais 12 ans et je suivais avec passion le Tour Féminin, dont la télévision proposait un résumé détaillé de chaque étape, et qui se disputait en ouverture du Tour de France pro qui était dans ma tête d'enfant le "Tour Masculin" (en opposition au "Tour Féminin"). Cette année-là, l'immense champione iséroise allait s'imposer pour la troisième fois consécutive dans l'épreuve...

 

Douze années après, je me retrouvais sur le bord de la route, à attendre le passage de la championne. Douze années pendant lesquelles j'essayais de suivre le cyclisme féminin à travers les rares articles de presse consacrés au sujet. J'ai encore quelques souvenirs de ces articles et je regrette aujourd'hui de ne pas les avoir conservé à l'époque. Si j'avais su que le sujet allait me passionner... Mais je me souviens surtout que le nom qui revenait souvent, pour ne pas dire systématiquement, était celui de la grande championne française Jeannie Longo. Que ce soit aux Jeux olypiques, aux Championnats du Monde, sur les courses à étapes où les courses d'un jour, son nom revenait toujours, la plupart du temps à la première place du classement, au pire sur le podium et rarement bien loin. En grandissant j'ai suivi un peu plus chaque année cette championne et ses inombrables victoires. J'en suis devenu l'un de ses admirateurs, comme tant de millions d'autres. Quand on est un passionné c'est difficile de dire comment est née sa passion. Je me souviens toutefois que ma passion est née de l'admiration que j'avais pour Jeannie Longo et de cette étape si belle que j'étais allé voir en 2001.

 

Ce jour-là, j'eu un autographe de la championne, comme toutes les personnes qui lui en demandaient un. Ce qui peut sembler très anecdotique avait un sens pour moi. Malgré sa stature de championne très sollicitée, par la presse et par le public, Jeannie Longo venaient signer des autographes en toute simplicité, en toute humilité. Elle s'était présentée au public souriante alors qu'elle semblait quelques minutes auparavant très déçue de ne pas avoir gagné le contre-la-montre.

 

Cinq années après, Jeannie Longo ne laisse toujours personne indifférent. Evoquer son nom c'est à coup sûr susciter de l'interêt chez les gens. D'un côté il y a ceux qui voudraient la voir raccrocher définitivement et de l'autre ceux qui continuent de l'admirer. Je fais partie de ceux qui continuent à l'admirer. Las du débat stérile que l'on peut lire ici ou là sur internet à propos de Jeannie Longo, j'ai eu envie de la contacter pour lui proposer une interview pour ce blog afin de permettre à celles et ceux qui comme moi l'admirent, de mieux la connaître. Je lui ai posé des questions autour de trois thèmes: Jeannie la Femme, Longo la Championne et le 3ème: Jeannie Longo et le cyclisme féminin. Pour mon plus grand bonheur elle a accepté de répondre à mes questions. Je la remercie infiniment d'avoir accepté de me répondre, j'en suis très touché et très reconnaissant. Je vous convie donc à venir lire son interview qui sera en ligne dès ce soir. J'espère que vous aurez autant de plaisir à la lire que j'en ai eu à lui poser ces questions et à lire ses réponses.


A suivre donc: Interview de Jeannie LONGO

Repost 0
Published by Cyclisme féminin - dans Rubrique spéciale Jeannie LONGO
commenter cet article